Français

Boulan, Muriel, De la Fantastique à l’op. 55 de Saint-Saëns : les enjeux du style sévère dans la symphonie française au milieu du xixe siècle, Musurgia, 20/2-4 (2013).

Auteur: 
Boulan, Muriel
Titre: 
De la Fantastique à l’op. 55 de Saint-Saëns : les enjeux du style sévère dans la symphonie française au milieu du xixe siècle
Pagination: 
p. 51-78
Résumé français: 
Par sa richesse polyphonique, le genre de la symphonie semble naturellement propice aux développements contrapuntiques. De ce point de vue, la permanence d’imitations, canons, renversables et autres superpositions mélodiques dans les symphonies françaises contemporaines de Boëly s’inscrit dans la lignée des maîtres viennois de la seconde moitié du XVIIIe siècle, tandis que leur proximité avec des moments de grande vocalité dessine un idéal plus spécifiquement national. La mise en avant de ces manifestations du style sévère est ainsi l’occasion d’envisager le rapport entre l’écriture contrapuntique des traités et une écriture plus librement adaptée à une pensée orchestrale de grande envergure. Plus encore, la figure particulière du fugato invite, par sa présence ininterrompue dans le corpus, à un questionnement sur sa rhétoricité après 1830. De Berlioz au jeune Saint-Saëns, avec Félicien David, Reber, Louise Farrenc, Gounod ou Bizet, tous recourent au moins une fois dans leurs symphonies aux principes de la fugue. Puissance narrative et expressive chez Berlioz, surprise et renouveau d’un mouvement lent avec Gounod et Bizet, démonstration d’une science compositionnelle ou réappropriation des techniques strictes de la fugue, le choix du fugato dépasse le simple besoin de renouvellement du discours musical. La mise en perspective de ces sections, leur positionnement, la conception des sujets, l’agencement des entrées et leur traitement instrumental permettent alors de réévaluer les enjeux structurels de tels passages et leur portée à un niveau compositionnel plus large.
Résumé anglais: 
The inherent polyphonic wealth of the symphony makes the genre naturally propitious to contrapuntal unfoldings. From this point of view, the permanence of imitations, canons, invertible counterpoint and other melodic super-positions in the French symphonies of Boëly’s time is in line with the Viennese masters of the second half of the 18th century, while their proximity to moments of greater vocality corresponds to a more typically national ideal. Evidencing these manifestations of strict style gives the occasion to confront the contrapuntal writing as described in treatises and a freer writing more adapted to an orchestral thought of large scope. Even more, the particular figure of the fugato, by its constant presence in the corpus, invites to question its rhetoricity after 1830. From Berlioz to the young Saint-Saëns, with Félicien David, Reber, Louise Farenc, Gounod or Bizet, all resort at least once in their symphonies to the principles of fugue. Narrative and expressive power with Berlioz, surprise and renewal of a slow movement with Gounod and Bizet, demonstration of compositional knowledge or renewed appropriation of the strict techniques of fugue, the choice of the fugato goes beyond a mere need to renew the musical discourse. Putting these sections and their positioning in perspective, studying the conception of the subjects, the layout of the entries and their instrumental treatment allows a reevaluation of the structural stakes of these passages and their significance at a wider level of the composition.
Appartient au volume: 

Institutions partenaires

[Logo SFAM]

[logo IReMus] [logo GREAM]

 

Maison d'édition

Musurgia est éditée par les Éditions ESKA

Administration, Abonnement, Fabrication
Éditions ESKA
12 rue du Quatre-Septembre, 75002 Paris
Tél. +33 (0)1 42 86 55 65
Télécopie +33 (0)1 42 60 45 35
Directeur de la publication
Serge Kebabtchieff
 
 

[Logo ESKA]

 

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 0 utilisateur connecté.

 
 

Connexion utilisateur

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.